Intelligence artificielle en Europe

L’intelligence artificielle en Europe : investissements en retard pour 2024

L’intelligence artificielle en Europe est en passe de transformer radicalement les économies modernes. Cette technologie, capable d’analyser des données massives et de prendre des décisions avec une autonomie croissante, promet de stimuler la croissance économique et de répondre à des défis sociétaux majeurs. Cependant, elle n’est pas sans risques, tant pour la sécurité que pour l’équilibre économique et social.

Face à ces enjeux, l’Union Européenne a élaboré des plans ambitieux pour devenir un leader mondial en matière d’intelligence artificielle en Europe. Le rapport spécial « L’UE face au défi de l’intelligence artificielle » évalue les actions de la Commission européenne pour développer un écosystème d’intelligence artificielle en Europe basé sur l’excellence et la confiance. Cet article vise à informer sur les efforts déployés, les défis rencontrés et les recommandations formulées pour améliorer l’efficacité des initiatives de l’UE.

En quelques mots

L’Union Européenne aspire à devenir un leader mondial en intelligence artificielle, mais elle fait face à plusieurs défis majeurs. Voici les points clés abordés dans cet article :

1. L’IA : une technologie transformative pour l’Europe

Définition et importance de l’IA

L’intelligence artificielle en Europe se définit comme des systèmes capables de faire preuve de comportements intelligents en analysant leur environnement et en prenant des mesures pour atteindre des objectifs spécifiques avec un certain degré d’autonomie. Cette définition englobe diverses technologies en constante évolution, telles que l’apprentissage automatique, la vision par ordinateur, le traitement du langage naturel, et bien d’autres.

L’intelligence artificielle en Europe promet de transformer de nombreux secteurs économiques. Par exemple, les entreprises qui adoptent des technologies d’IA peuvent améliorer leur productivité et leur efficacité. Selon une étude de Statista, le marché mondial de l’IA devrait croître annuellement de 15,8 % entre 2024 et 2030, atteignant 739 milliards de dollars (680 milliards d’euros) en 2030. L’intelligence artificielle en Europe a le potentiel d’offrir des solutions innovantes pour des défis de société tels que le changement climatique, les soins de santé, et la cybersécurité.

Objectifs de l’UE

Pour tirer parti de ces opportunités, l’Union Européenne a élaboré des plans stratégiques pour devenir un leader en IA. En 2018, la Commission européenne a présenté son « Plan coordonné pour le développement et l’utilisation de l’intelligence artificielle ‘made in Europe’ », suivi d’un second plan en 2021. Ces plans visent à développer un écosystème européen d’IA fondé sur l’excellence et la confiance.

Les principaux objectifs de l’UE incluent :

  • Investir dans la R&D : Augmenter les investissements dans la recherche et l’innovation pour atteindre 20 milliards d’euros par an d’ici 2030.
  • Cadre réglementaire : Créer un cadre réglementaire prévisible et harmonisé pour favoriser l’innovation tout en garantissant la sécurité et l’éthique des systèmes d’IA.
  • Soutien aux PME : Faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises aux technologies d’IA et aux infrastructures nécessaires pour leur adoption.
Capture decran 2024 06 03 102947 - BGTconsult.AI

2. Les plans de l’UE pour l’IA

Plans coordonnés (2018 et 2021)

En réponse aux défis et aux opportunités posés par l’intelligence artificielle en Europe, l’Union Européenne a mis en place des plans coordonnés pour structurer et accélérer le développement de l’IA sur son territoire.

  • Plan de 2018 : Le premier plan coordonné, dévoilé en 2018, avait pour objectif de faire de l’UE un leader mondial de l’intelligence artificielle en Europe. Ce plan incluait 60 mesures stratégiques visant à renforcer les capacités de recherche, à stimuler les investissements publics et privés, et à créer un cadre réglementaire favorable. Parmi les initiatives clés, on trouve l’encouragement des États membres à adopter des stratégies nationales pour l’intelligence artificielle en Europe et la mise en place d’un réseau européen de centres d’excellence en IA.
  • Plan de 2021 : La révision du plan en 2021 a introduit de nouvelles mesures articulées autour de quatre grands objectifs :
    1. Mettre en place des conditions propices au développement et à l’adoption de l’intelligence artificielle en Europe.
    2. Faire de l’UE l’endroit où l’excellence prévaut du laboratoire au marché.
    3. Veiller à ce que l’intelligence artificielle en Europe soit au service des citoyens et constitue une force positive pour la société.
    4. Prendre une avance stratégique dans les secteurs à fort impact tels que l’environnement, la santé, la robotique, le secteur public, les affaires intérieures, la mobilité, et l’agriculture.

Ces plans ont également mis l’accent sur la coordination des stratégies nationales, le partage des bonnes pratiques entre États membres, et la création de cadres réglementaires prévisibles pour l’intelligence artificielle en Europe.

Objectifs d’investissement

L’un des principaux objectifs de l’UE est d’augmenter les investissements dans l’intelligence artificielle en Europe. Les cibles financières fixées sont ambitieuses :

  • Pour la période 2018-2020 : L’UE visait à mobiliser 20 milliards d’euros en investissements publics et privés dans l’intelligence artificielle en Europe.
  • Pour la décennie suivante : L’objectif est de porter ces investissements à 20 milliards d’euros par an.

Pour soutenir ces efforts, la Commission européenne s’est engagée à investir 1,5 milliard d’euros dans la recherche et l’innovation (R&I) pour la période 2018-2020 et à augmenter ce montant à 1 milliard d’euros par an de 2021 à 2027. Ces investissements sont essentiels pour renforcer la position de l’UE en tant que leader mondial de l’intelligence artificielle en Europe et pour stimuler l’innovation dans ce domaine.

3. Observations du rapport sur le développement de l’IA en Europe

Cadre Réglementaire et Coordination

Le rapport met en lumière plusieurs observations sur le cadre de coordination et de réglementation mis en place par l’UE pour soutenir le développement de l’intelligence artificielle en Europe.

  1. Cadre réglementaire en évolution Le cadre européen pour la coordination et la réglementation des investissements dans l’intelligence artificielle en Europe est toujours en cours d’élaboration. Bien que les plans de l’UE suivent les bonnes pratiques internationales, les objectifs d’investissement initiaux étaient trop vagues et n’ont pas été mis à jour.
  2. Coordination inefficace La coordination entre la Commission européenne et les États membres a été jugée inefficace. Par exemple, seuls dix États membres avaient adopté une stratégie nationale pour l’intelligence artificielle en Europe à la date limite fixée dans le plan de 2018. En 2023, quatre États membres n’avaient toujours pas de stratégie nationale. Cette coordination insuffisante a freiné le développement d’un écosystème européen d’intelligence artificielle cohérent et intégré.

Mesures de soutien aux PME et infrastructures

  1. Soutien aux PME Les plans de l’UE incluent des mesures pour soutenir les petites et moyennes entreprises (PME) dans l’adoption des technologies d’intelligence artificielle en Europe. Toutefois, la mise en œuvre de ces mesures a pris du retard. Par exemple, les infrastructures financées par l’UE pour les PME, bien qu’elles répondent à des besoins évidents, ont accusé des retards significatifs.
  2. Initiatives de Soutien financier Deux initiatives principales ont été mises en place pour soutenir financièrement les innovateurs en intelligence artificielle en Europe :
    • Initiative pilote sur l’IA et les chaînes de blocs (AI/BT) : Lancée en 2020, cette initiative visait à financer le développement de jeunes pousses et d’entreprises en expansion à la pointe de l’innovation dans le domaine de l’intelligence artificielle en Europe et des chaînes de blocs.
    • Fonds d’investissement du Conseil européen de l’innovation (CEI) : Créé en 2020, ce fonds est destiné à soutenir les PME innovantes via des subventions et des investissements en capital.

Le rapport conclut que, malgré des efforts significatifs, les mesures prises par la Commission européenne et les États membres n’ont pas été suffisamment efficaces pour propulser l’UE parmi les leaders mondiaux en intelligence artificielle en Europe. La mise en œuvre des infrastructures et des dispositifs de soutien en capital destinés aux PME a pris du temps et n’a pas donné de résultats notables au moment de l’audit. De plus, les investissements de l’UE dans l’intelligence artificielle en Europe n’ont pas suivi le rythme des leaders mondiaux, notamment les États-Unis et la Chine.

4. Conclusions et recommandations pour l’IA en Europe

Effets limités des mesures actuelles

Le rapport met en évidence plusieurs points critiques concernant les actions entreprises par l’Union Européenne dans le domaine de l’intelligence artificielle en Europe. Bien que des progrès aient été réalisés, les résultats obtenus jusqu’à présent sont insuffisants pour positionner l’UE comme un leader mondial en intelligence artificielle en Europe.

  1. Investissements insuffisants et mal ciblés Les investissements de l’UE dans l’intelligence artificielle en Europe, bien qu’en augmentation, n’ont pas réussi à rattraper le rythme imposé par les leaders mondiaux tels que les États-Unis et la Chine. L’écart entre les investissements dans l’intelligence artificielle en Europe des États-Unis et de l’UE a plus que doublé entre 2018 et 2020.
  2. Coordination et gouvernance faibles La coordination entre la Commission et les États membres a été inefficace, limitant l’impact des initiatives prises. Les objectifs d’investissement fixés en 2018 n’ont pas été mis à jour, et il manque un cadre complet pour suivre les progrès réalisés.

Recommandations clés

Pour remédier à ces lacunes, le rapport formule plusieurs recommandations clés à destination de la Commission européenne et des États membres :

  1. Réévaluation des objectifs d’investissement : La Commission devrait réévaluer les objectifs d’investissement de l’UE pour l’intelligence artificielle en Europe et convenir avec les États membres des modalités de leur contribution. Cette réévaluation permettrait d’ajuster les cibles en fonction des évolutions récentes et des besoins actuels.
  2. Soutien en capital pour les PME : Il est recommandé d’évaluer la nécessité d’un instrument de soutien en capital financé par l’UE spécifiquement axé sur les PME innovantes dans le domaine de l’intelligence artificielle en Europe. Ce soutien en capital pourrait faciliter l’accès des PME aux technologies d’intelligence artificielle en Europe et aux infrastructures nécessaires.
  3. Coordination des infrastructures d’IA : La Commission doit veiller à ce que les infrastructures d’intelligence artificielle en Europe financées par l’UE fonctionnent de manière coordonnée. Une meilleure coordination permettrait d’optimiser l’utilisation des ressources et de maximiser l’impact des investissements.
  4. Suivi des dépenses en R&I : La Commission doit marquer les dépenses en faveur de la recherche et de l’innovation dans le domaine de l’intelligence artificielle en Europe dans l’ensemble du budget de l’UE, définir des objectifs et des indicateurs de performance, et suivre régulièrement les progrès réalisés. Un suivi rigoureux garantirait une utilisation efficace des fonds alloués.
  5. Exploitation des résultats de la recherche : Il est crucial d’intensifier les actions de soutien à l’exploitation des résultats de la recherche dans le domaine de l’intelligence artificielle en Europe financée par l’UE. Les résultats de la recherche doivent être transformés en innovations concrètes pour bénéficier pleinement des investissements réalisés.

5. Perspectives Futures de l’Intelligence Artificielle en Europe

Opportunités pour l’UE

L’intelligence artificielle en Europe offre de vastes opportunités pour l’Union Européenne. En exploitant pleinement cette technologie, l’UE peut non seulement stimuler sa croissance économique, mais aussi relever des défis sociétaux majeurs.

  1. Transformation économique L’intelligence artificielle en Europe a le potentiel de transformer divers secteurs économiques, de l’industrie à la santé en passant par la cybersécurité. Par exemple, l’adoption de l’intelligence artificielle en Europe dans le secteur de la santé peut améliorer les diagnostics et les traitements, tandis que l’intelligence artificielle en Europe appliquée à la cybersécurité peut renforcer la protection des données sensibles.
  2. Compétitivité globale Pour rester compétitive sur la scène mondiale, l’UE doit continuer à investir dans l’innovation et le développement technologique. Selon les projections, le marché mondial de l’intelligence artificielle en Europe atteindra 739 milliards de dollars d’ici 2030, offrant des opportunités significatives pour les entreprises européennes.
  3. Coopération internationale La coopération internationale est essentielle pour le développement de l’intelligence artificielle en Europe. L’UE doit renforcer ses partenariats avec d’autres pays leaders en intelligence artificielle, tels que les États-Unis et la Chine, tout en développant des normes éthiques et des cadres réglementaires communs.

Prochaines étapes

Pour tirer parti des opportunités offertes par l’intelligence artificielle en Europe, plusieurs actions clés doivent être entreprises :

  1. Renforcer la gouvernance Il est crucial de renforcer la gouvernance des initiatives en matière d’intelligence artificielle en Europe au sein de l’UE. Une meilleure coordination entre la Commission européenne et les États membres est nécessaire pour maximiser l’impact des investissements et des politiques mises en place.
  2. Optimiser les investissements Les investissements dans l’intelligence artificielle en Europe doivent être optimisés et ciblés pour répondre aux besoins actuels et futurs. La Commission doit réévaluer régulièrement les objectifs d’investissement et ajuster les stratégies en conséquence.
  3. Promouvoir l’adoption de l’IA L’UE doit continuer à promouvoir l’adoption de l’intelligence artificielle en Europe par les entreprises, en particulier les PME. Des initiatives de soutien en capital et des infrastructures technologiques accessibles peuvent aider à surmonter les obstacles financiers et techniques.
  4. Suivre et exploiter les résultats Un suivi rigoureux des dépenses en R&I et une exploitation efficace des résultats de la recherche sont essentiels pour garantir que les innovations en intelligence artificielle en Europe se traduisent par des applications concrètes et bénéfiques.

Conclusion

Résumé des points clés

Le rapport spécial « L’UE face au défi de l’intelligence artificielle » offre une évaluation approfondie des efforts de l’Union Européenne pour développer un écosystème d’intelligence artificielle en Europe robuste et compétitif. Malgré des progrès notables, plusieurs défis persistent :

  1. Cadre Réglementaire et Coordination : Bien que des plans coordonnés aient été mis en place, la coordination entre la Commission européenne et les États membres reste insuffisante, freinant l’impact des initiatives
  2. Investissements : Les investissements dans l’IA, bien qu’augmentés, n’ont pas encore atteint le niveau nécessaire pour rivaliser avec les leaders mondiaux. Les objectifs d’investissement doivent être réévalués et mieux ciblés.
  3. Soutien aux PME et Infrastructures : Les mesures de soutien, bien que pertinentes, accusent des retards. Il est crucial de mettre en œuvre efficacement les infrastructures et les dispositifs de soutien en capital pour les PME.
  4. Exploitation des Résultats de la Recherche : Une exploitation plus efficace des résultats de la recherche est nécessaire pour transformer les innovations en applications concrètes et bénéfiques.

Recommandations stratégiques

Pour renforcer sa position de leader en intelligence artificielle, l’Union Européenne doit continuer à investir dans l’innovation et la recherche, tout en améliorant la coordination et l’efficacité de ses initiatives. Il est impératif de :

  • Réévaluer et ajuster les objectifs d’investissement : Adopter des objectifs plus ambitieux et adaptés aux évolutions récentes pour stimuler l’innovation.
  • Améliorer la coordination : Renforcer la collaboration entre la Commission européenne et les États membres pour une mise en œuvre plus efficace des plans.
  • Soutenir les PME : Faciliter l’accès des petites et moyennes entreprises aux technologies d’IA et aux infrastructures nécessaires.
  • Suivre et exploiter les résultats : Mettre en place des systèmes de suivi rigoureux pour assurer une utilisation efficace des fonds et une exploitation optimale des résultats de la recherche.

En conclusion, l’Union Européenne a du chemin à parcourir pour combler l’écart avec les leaders mondiaux de l’IA. La réussite de ces efforts dépendra de la capacité à surmonter les défis de coordination, d’investissement et de mise en œuvre. Sans une action concertée et une réévaluation stratégique des objectifs, l’UE risque de rester à la traîne dans cette course technologique cruciale pour l’avenir économique et sociétal.

bgtconsult.ai

A lire également